Accueil

Bienvenue sur le site officiel de la commune de castagniers

 

Le Mot du Maire,

Chers Administrés, Chers Castagnérenques,

 

Après l 'inauguration de notre nouvelle salle des fêtes des Oliviers en présence notamment de Monsieur Eric CIOTTI , Président du Département des Alpes-Maritimes le vendred 9 septembre 2016 qui a réunie plus de 300 castagnérenques et le Festin de la Saint -Michel au village avec la fabuleuse soupe au Pistou du Comité des Fêtes de Castagniers , Présidée par Isabelle STEFANI;

 

Toutes nos activités sportives ont repris le planning avec les lieux et heures des cours est intégré dans l'onglet Enfance-Jeunesse.

Le programme  complet des festivités de la fin d'année 2016 est en cours de distribution dans les boites aux lettres.

Les enfants pourront fêter HALLOWEEN à l'Espace des Oliviers le 29 Octobre 2016 où de nombreux jeux sont prévus , inscriptions en mairie .

L'Association des Parents d'Elèves de Castagniers a organisé à l'Espace des Moulins une Grande Bourse aux Jouets le 6 novembre 2016 qui a été un véritable succès.

Les Castagnéranques du 3eme age proposent un grand LOTO dimanche 13 novembre 2016 à la salle des fêtes des Oliviers avec pour 1er prix le fameux jambon , venez nombreux!!!

 

Bien évidemment la vie du village , de nos associations, de nos écoles , les travaux en cours sont relatés dans notre "Pastrouil" national rédigé par Mme LAUGIER Pierrette, l'adjointe en charge de la communication et distribué trimestriellement dans vos boîtes aux lettres, ainsi que sur nôtre page Facebook.

 

Sincères salutations,

Le Maire, Jean-François SPINELLI

 


 

 

 

               l

l                           

 

 

LA PROCHAINE MANIFESTATION : 

 

 

 

 

 


Les Origines de Castagniers.

 

Une lettre du 13 Février 1869 (sur papier timbré à 1Fr.) et adressée à Monsieur le Préfet est à l'origine des pourparlers et démarches qui ont abouti à la création de notre Commune.

 

C'est si simple

Cependant, l'agglomération d'Aspremont ne pouvait se résoudre à libérer de ses griffes ses vassaux de Castagniers et Colomars, mais ces derniers finirent par se mettre d'accord et aux élections de 1872 évincèrent le Maire d'Aspremont et mirent à sa place un Maire habitant Colomars, Monsieur CURTI, et un adjoint habitant Castagniers, Monsieur GARIDELLI.

La majorité étant pour les deux derniers, et les Aspremontois désespérant de ne jamais reprendre le pouvoir dans leur commune, votèrent la séparation. Le jour des dites élections fut un jour mémorable pour quiconque a vu le spectacle...

A l'heure dite, tous les électeurs de Colomars et de Castagniers précédés (chaque fraction) par un homme monté sur un cheval blanc*, arrivèrent sur la place Saint-Claude où, après les vivats d'usage, ils se rendirent aux urnes.

 

Le dépouillement du scrutin fut le coup de grâce pour Aspremont qui, ce jour-là, perdit son antique appellation de ville : pendant quelque temps. .

 

Enfin le partage eut lieu, et ne pouvant faire mieux, les édiles aspremontais chargèrent le plus possible les dettes sur le dos des deux nouvelles communes. Nos pères ne mirent cependant pas bien longtemps à s'en libérer et à renvoyer en même temps les bergers de Tende et leurs troupeaux.

Le plus confus fut le curé qui y perdit son agneau de Noël...

* Pour Castagniers, le cavalier était ROSTAN, et pour Colomars CURTI.

Dans le courant de l'avant-siècle dernier, notre commune était un quartier, dénommé Saint-Michel, qui dépendait de la commune d'Aspremont.

 

" L'agglomération principale se trouvait en dessous de la Chapelle Saint-Michel (l'église actuelle) et était alimentée en eau par la fontaine qui sourdait à cette époque à l'ombre d'un Châtaignier séculaire, abri naturel de tous les artisans passagers tels que : amoulettes, bastiers, cadaïrans et principalement rétameurs ou magnins :

d'ou le nom CASTADAI MAIGNINS.

 

Voilà l'origine véritable telle que je l'ai entendue raconter par les plus anciens que j'ai connus dans mon enfance. "

 

Paul LAUGIER.

 

 

 

 


Les attributions du maire

Le maire dirige les services municipaux et exécute les décisions du conseil municipal.

Il a des attributions propres

 

    * il dirige les services municipaux,

    * il représente la commune, notamment dans les actes de la vie juridique,

    * il prépare le budget,

    * il est chargé de la gestion du domaine et de la voirie,

    * il est également en charge de la direction des travaux communaux et de la passation des contrats.


Le maire est chargé de la police municipale.

Il veille au bon ordre, à la sécurité et à la salubrité publics, mais une répartition des compétences de police est effectuée par les textes entre le maire et le préfet.


Le maire, agent de l'Etat, exerce des missions.

* administratives : publication des lois et règlements, délivrance de certificats et certifications,        participation aux opérations électorales ;

    * de police judiciaire ;

    * d'état civil : célébration des mariages, enregistrement des naissances et des décès.


Le conseil municipal peut déléguer au maire certaines attributions

    * affectation des propriétés communales,

    * fixation des tarifs de voirie,

    * réalisation des emprunts,

    * passation des marchés,

    * création des classes dans les écoles,

    * exercice des droits de préemption,

    * création de régies comptables,

    * délivrance des concessions dans les cimetières.


Les collectivités territoriales.

      Sont définies comme "collectivités territoriales de la République" à l'article 72 de la Constitution, après la révision du 28 mars 2003

          o les communes (36 778) ;

          o les départements (96), auxquels s'ajoutent les 4 départements d'outre-mer (DOM) (Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion)

          o les régions (22) auxquelles s'ajoutent également 4 régions d'outre-mer (ROM) (Guadeloupe, Guyane, Martinique et Réunion)

          o les collectivités à statut particulier, notamment la collectivité territoriale de Corse ;

          o les collectivités d'outre-mer : Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, les îles Wallis et Futuna, la Polynésie française...

 

      © La Documentation française